Le travail du SAJE (Service d'Aide Juridique aux Exilés) à Vallorbe consiste principalement à fournir des renseignements sur la procédure d'asile en Suisse, sur le déroulement des auditions et comment s'y préparer. En cas de décision rendue au CEP (Centre d'Enregistrement et de Procédure), les juristes du SAJE analysent la décision, l'expliquent à la personne concernée et rédigent un recours dans les cas où ils estiment qu'il existe des chances de succès. En cas d'absence de chance de succès, le requérant est informé des raisons pour lesquelles un recours n'est pas intenté et le juriste reste à disposition pour répondre aux questions qui peuvent découler de la prise de conscience de la fin d'une procédure d'asile et de l'obligation assortie de quitter la Suisse.

Par ailleurs, la vie au CEP est très éprouvante pour les personnes qui y séjournent. Le manque d'intimité, les séparations fréquentes des familles (les femmes et les jeunes enfants sur un étage, les hommes et les adolescents sur un autre), l'insuffisance des activités proposées, les contrôles à chaque entrée, le dispositif sécuritaire très intimidant, sont autant de difficultés à surmonter pour ces requérants d'asile qui arrivent en Suisse. Les conditions de vie du CEP sont inadaptées pour un séjour de plus de quelques jours pour toutes les personnes vulnérables (enfants en bas âge, femmes enceintes, personnes malades etc.), le travail du SAJE consiste à faire accélérer les mesures d'instruction qui doivent être faites au CEP, afin que la personne puisse être rapidement attribuée à un canton où elle pourra bénéficier de conditions de vie plus adaptées et d'un suivi médical et/ou social conforme à sa situation. Cela est tout particulièrement vrai des personnes en grande souffrance psychique, car un suivi psychiatrique au CEP n'est pas possible. La communication du SAJE avec les autorités tend donc au respect des droits fondamentaux des requérants d'asile ainsi qu'à la prise en compte de leur vulnérabilité particulière.

Le SAJE s'investit également dans les "Multipartites", rencontres de tous les acteurs vallorbiers en lien avec les requérants d'asile, afin de donner son éclairage particulier sur la situation des demandeurs d'asile. La mise en commun des problèmes rencontrés et les éclaircissements apportés renforcent la cohésion vallorbière et participent à la paix sociale de la Commune.

 Le travail de l'aumônerie est celui d'une équipe soudée, oecuménique, constituée de quatre aumôniers : deux catholiques et deux protestants. Son activité se déroule à l'intérieur du CEP (Centre d'Enregistrement et de Procédure) où les aumôniers disposent d'un local.

Grâce à une carte de la Suisse, quelques renseignements sur la procédure d'asile ou sur la vie dans le centre, ils tentent de donner quelques repères à ces personnes à peine arrivées et souvent très désorientées ou même traumatisées. Au fil de longues heures d'écoute, ils perçoivent la souffrance et la déception d'hommes et de femmes ayant tout abandonné, souvent sans savoir que l'accès à la terre d'asile que représente pour eux notre pays serait long, difficile, voire impossible. Ils peuvent constater que dans cette errance, la foi et la prière restent, pour beaucoup, les seuls points d'ancrage.

Par le soutien des paroisses locales et de "Bible en ligne", ils peuvent distribuer de nombreuses Bibles en toutes langues. Le Coran mis à disposition est aussi souvent lu et médité.

Les aumôniers travaillent en lien avec leurs Eglises respectives et notamment avec des ministres et laïcs engagés dans les départements "Solidarité" des deux Eglises dans le Canton de Vaud.

  Priere ROM

Aumoniers

 

 

L'aumônerie aux Rochats est assurée par Thérèse Aubert, diacre protestante et Claude Amblet, aumônier catholique, en très étroite collaboration avec l'aumônerie du CEP à Vallorbe.

Article de Thérèse Aubert, diacre Présence et Solidarité.

Vous pouvez retrouver cet article dans "Bonne Nouvelle", mensuel de l'église réformée vaudoise, de février 2015.

Therese Aubert 01